Accueil > Focus & Actualités > Les perspectives qui se dégagent avec la mise en service du BHNS : une nouvelle billettique

Les perspectives qui se dégagent avec la mise en service du BHNS : une nouvelle billettique

La construction d’un nouveau réseau de bus à haut niveau de service (BHNS) dans le bassin minier va permettre aux 650000 habitants des trois agglomérations concernées (Lens-Liévin, Hénin-Carvin et Béthune-Bruay-Labuissière) de se déplacer plus facilement dans un tissu urbain parmi les plus denses du pays.

Dans les faits, TADAO constitue – on le sait peu – le sixième réseau le plus important en France. Une statistique qu’il faut avoir en tête à une époque où les plus gros investissements publics concernent des projets liés aux transports, aux déplacements.
Un seul exemple ? La mairie de Paris vient d’annoncer que d’ici 2030 plus aucune voiture à essence ou diesel ne sera autorisée à circuler en ville et que le projet en cours du Grand Paris doit contribuer à atteindre cet objectif. Le projet ? Une refonte totale des moyens de transport entre Paris et sa banlieue mais aussi une réorganisation des fonctionnements en cours.
Ici dans le bassin minier, l’enjeu est similaire. Les objectifs sont clairement établis : optimiser, améliorer et développer les infrastructures existantes pour répondre aux besoins de déplacements comme aux nouvelles exigences, aussi variées soient-elles.
Parmi ces priorités, celles qui sont liées à la billettique sont encore invisibles du grand public. Pour autant, ce dossier constitue un axe fort du Syndicat mixte des transports Artois-Gohelle. On ne parle pas ici des effets induits pour les usagers mais bel et bien de la nature du dispositif qui sera mis en place
Dans l’esprit, le choix du SMTAG est clair : « nouveau réseau de bus, nouveau système de billettique, nouveau système d’exploitation, nouvelle information offerte aux voyageurs ! »

Le principe retenu en tout cas pour pouvoir répondre aux enjeux pour les vingt ans à venir. Matthieu Leduc, au sein du SMTAG, instruit le dossier : « Il faut distinguer deux marchés : la billettique (avec les Italiens d’AEP) ainsi que l’aide à l’exploitation et l’information des voyageurs (INEO et Lumiplan). »
A propos de la billettique

Dans les faits, le nouveau système billettique sera opérationnel – après différentes phases d’essai –  en même temps que le réseau BHNS, au mois de janvier 2019.
« La version actuelle, explique Matthieu Leduc, avait été mise en service en 2007. La durée de vie moyenne d’un système est de l’ordre de dix ans. Il fallait nécessairement en changer. » C’est la raison pour laquelle le SMTAG travaille à l’élaboration d’une nouvelle carte TADAO qui serait « inter-opérable » avec plusieurs réseaux en place de la région qui appartiennent à la communauté PassPass, en particulier Transpole (métropole lilloise) mais aussi ceux de Dunkerque, Douai, Valenciennes (en 2019), Boulogne-sur-Mer sans oublier le réseau TER. « L’idée, explique encore Matthieu Leduc, c’est d’avoir un seul support à sa disposition pour aller, si on le souhaite, de Lille à Bruay ou Valenciennes par exemple. Aujourd’hui, c’est impossible, ce qui complique forcément le parcours pour l’usager qui doit un titre pour chaque réseau. »
50 000 cartes actives aujourd’hui

Actuellement, environ 50 000 cartes TADAO sont actives. La marge de progrès est importante dans la mesure où, sur les territoires du bassin minier, la part des usagers qui achètent leur ticket à l’unité et/ou dans le bus est plus importante qu’ailleurs (50 % des recettes quotidiennes). Tout sera fait pour trouver des solutions alternatives et attractives.

M-Ticket
Pour en arriver là, il faut donner la possibilité d’acheter son titre avec plusieurs modes de paiement y compris ceux qui sont plébiscités par les jeunes générations de clients (carte sans contact, application sur smartphone, tag NFC etc.). Cela fait partie des pistes explorées par les services du Syndicat mixte des Transports Artois-Gohelle.
Et tout est possible dans la mesure où les bus « nouvelle génération » seront équipés de 4G et qu’ils seront compatibles avec toutes les applications possibles et imaginables.

Aujourd’hui lorsqu’un usager souhaite effectuer un achat en ligne sur sa carte, un délai de 48 h maximum est nécessaire. Dès 2019, il pourra voyager moins d’une heure après l’achat en ligne de son titre.
113 distributeurs de titres…
Pour tous ceux qui ne voudront pas utiliser leur téléphone, des distributeurs automatiques seront installés. Pas moins de 113 au total, un nombre très important à l’échelle des réseaux français. Sur les Bulles 1 et 2, plus besoin de passer par le chauffeur, il suffira de valider le titre de transport sur l’un des trois valideurs.

En multipliant les supports et en élargissant le réseau de distribution, le SMTAG et TADAO entrent de plain-pied dans une politique de services pour les usagers et ceux qui pourraient le devenir avec l’espoir de les inciter à prendre davantage les transports en commun, le BHNS en particulier !

La version de votre navigateur est trop ancienne

Pour afficher de manière satisfaisante le contenu de ce siteTélécharger Google Chrome

×