Accueil > Focus & Actualités > Pôle central de commandement Tadao : les équipes attendent la suite avec impatience

Pôle central de commandement Tadao : les équipes attendent la suite avec impatience

La nouvelle installation sera opérationnelle sur le dépôt TADAO à Grenay. Antonio Madau, responsable du Pôle gestion des opérations PCC, a déjà envie d'y être.

Ils sont les yeux, les oreilles, la mémoire aussi de l’ensemble des conducteurs de bus et autres chauffeurs de car du réseau TADAO. Les opérateurs, les agents, les responsables d’intervention et de circulation du Pôle central de commandement (PCC), installé à Liévin, connaissent parfaitement le fonctionnement dans le moindre détail du réseau TADAO.

Antonio Madau est à la tête de cette équipe depuis 2012. Cinq ans d’expérience auxquelles il faut ajouter trois années supplémentaires en tant que chef de centre au dépôt Tadao d’Hénin-Beaumont. Son témoignage permet de mieux visualiser les caractéristiques d’un système à aide d’exploitation (SAE)

– Décrivez-nous le fonctionnement quotidien du centre de contrôle

 » Sept régulateurs se succèdent devant leurs écrans de contrôle à partir de 5h du matin jusqu’à 0h30 (23h le dimanche). Travaillent aussi sur le terrain des responsables, des agents d’intervention et des responsables circulation.

DSCN0286 Le système, tel qu’il est, fonctionne depuis plusieurs années. Il gère la circulation des bus et des cars du réseau TADAO. Le centre d’Hénin-Beaumont conserve de son côté la gestion des « Allobus » et des « Proxibus ». Les deux centres ne feront plus qu’un au printemps 2018 sur le nouveau site de Quadraparc à Grenay. Nous avons hâte d’y être. Il fallait passer à autre chose, optimiser le suivi avec lINEO, le titulaire du marché. »

– En quoi le changement sera vraiment perceptible ?

« Les fonctionnalités du système vont évoluer. L’exploitation s’appuie sur une base théorique (itinéraires à emprunter, horaires à appliquer, etc.). Au quotidien, cette théorie est soumise à bon nombre d’aléas et la régulation permet précisément de minimiser leurs effets. Le système tel qu’il fonctionne aujourd’hui n’est plus suffisamment dimensionné. Nous pouvons suivre simultanément une cinquantaine de véhicules; il faut pouvoir faire mieux.

Demain, pour gérer les flux d ‘un petit moins de 500 bus ou cars notamment aux heures de pointe, un système analogique ne serait plus suffisamment efficace. La nouvelle technologie numérique permettra de s’adapter aux conditions réelles d’exploitation et cela fera toute la différence ».

– Donnez-nous quelques exemples de cas de figure possibles

« Nous avons une vision précise avant un départ de bus ou juste après son départ mais pas en temps réel. Tout ce qui peut se produire est consigné sur une main courante qui sert ensuite à régler toutes les situations mais ce n’est pas suffisamment précis. Nous n’avons pas les outils pour répondre en direct à un incident ; un décalage de cinq minutes sur un horaire par exemple. Aujourd’hui, sur son écran, le régulateur va le constater mais après-coup, grâce des codes couleurs qui s’affichent. Le contact se fait seulement à ce moment-là.

DSCN0283Avec les nouveaux outils embarqués, l’opérateur pourra aussitôt constater un dérèglement et diffuser des messages en temps réel pour les usagers qui attendent à l’arrêt suivant ou même ceux qui se trouvent à bord. Jusqu’à présent un incident inopiné demandait un temps de réflexion plus ou moins long. Là, nous pourrons agir en direct. Cela change toute la donne. Il ne faut surtout pas oublier que le réseau Tadao compte environ trois mille points d’arrêt, c’est une de ses principales caractéristiques. Un réseau moyen, c’est 250 arrêts en moyenne… »

– Le nouveau système nécessite-il des formations particulières pour les personnels de chez TADAO ?

« Il y aura effectivement des formations mais les changements concernent moins les conducteurs que les usagers. Le coeur de leur métier reste le même même si les pupitres de conduite changeront. Il faudra former au système opérationnel la centaine de conducteurs qui seront embauchés dans le cadre de la mise en place du BHNS. Il s’agira aussi adapter le travail des personnels du nouveau PCC en fonction des caractéristiques de la nouvelle salle.

Nous devrons tenir compte entre autres changements de la présence d’un nouveau tableau mural avec la possibilité de visualiser de la vidéo. En matière de régulation du trafic, ce sera un « plus » très appréciable. » Les bus et les cars seront équipés au début de l’automne 2018. Quant au basculement à proprement parler des deux PCC il s’effectuera de manière progressive. En 2019, nous travaillerons pour un réseau qui fera référence en France ».(*)

(*) Le magazine Capital du mois de novembre place le réseau Tadao actuel à la première place du classement national pour le meilleur service rendu à l’usager.

La version de votre navigateur est trop ancienne

Pour afficher de manière satisfaisante le contenu de ce siteTélécharger Google Chrome

×